Mon compte
Connexion au compte
 
Beaune
Ces textes, décrivant la richesse du patrimoine de la Bourgogne, nous ont été aimablement fournis par le Comité Régional du Tourisme de Bourgogne, l''ADT de Côte-d''Or, l''ADT de la Nièvre, le CDT de Saône et Loire, l''ADT de l''Yonne, le Parc Naturel Régional du Morvan et le Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne.

Ville de Beaune


Ville de Beaune - 21200 BEAUNE

Perle de la Bourgogne, au coeur de la Côte-d'Or, cerclée par ses remparts, son nom évoque immanquablement les prestigieux vins des Hospices de Beaune mis en vente à la bougie juste après la récolte, le 3e dimanche de novembre sous la halle face à l'Hôtel-Dieu.

Cité consacrée au négoce du vin depuis la flamboyante époque des ducs de Bourgogne, elle possède, outre de nombreuses caves, un musée entièrement dédié au précieux liquide rubis qui nous aurait été légué par le dieu Bacchus.

Beaune reste une ville secrète qu'il faut parcourir à pied pour en découvrir tout le charme des ruelles bordées de maisons anciennes et des façades ouvragées des hôtels Renaissance assis sur d'anciennes caves, les cours intérieures, les placettes fleuries et les jardins.

Au coeur de la ville, elle a rassemblé ses fleurons : les flamboyants Hospices, la noble collégiale Notre-Dame et la résidence des ducs de Bourgogne à qui Beaune doit les heures fastes de son histoire.

L'Office de Tourisme de Beaune propose différents types de visites pour individuels (en français, anglais ou allemand) :

- "Beaune au coeur" : visite guidée de la ville (centre historique, quartier médiéval, remparts),

- "Beaune gourmand" : visite gourmande avec dégustations de plusieurs spécialités chez les commerçants, agrémentée de commentaires historiques, anecdotiques, gastronomiques, oenologiques.

Si vous disposez de quelques jours pour votre séjour sur la Côte, ne manquez pas à proximité : Nuits-Saint-Georges, Autun, Le Clos Vougeot, Dijon, Chalon-sur-Saône, Rully, La Rochepot...

S'il est une ville, en Bourgogne, dont le charme peut s'exprimer dans l'harmonie des deux couleurs, c'est bien Beaune.

L'or et le rubis sont les teintes chatoyantes  des grands vins de Bourgogne, dont elle est la capitale incontestée. Ces mêmes teintes se retrouvent dans les toitures de l'Hôtel-Dieu de Beaune, véritable palais des pauvres, l'exemple le plus pertinent de cet art flamand et flamboyant qui devint bourguignon en pleins tourments de la guerre de Cent ans. L'or et le rubis dominent aussi de leur éclat le retable du Jugement dernier, de Roger Van der Weyden, le plus grandiose des innombrables trésors que renferme cette institution charitable. Ils brillent tout au long de la série de tapisseries relatant la vie de la Vierge, à l'église Notre-Dame, tissées à Tournai vers 1500.

A Beaune, la contemplation des monuments et des �uvres se double, pour l'amateur de vin, de la découverte d'innombrables plaisirs du palais, au fil des caves voûtées qui s'étirent sous la ville sertie, tel un bijou, dans l'anneau de ses murailles médiévales.

Les toitures aux vives couleurs de l'Hôtel-Dieu de Beaune ont partout représenté la Bourgogne. Ce monument, construit au temps où le pouvoir du duc s'étendait à la Flandre et aux Pays-Bas, a bénéficié d'un luxe de moyens. Architecture et décoration doivent beaucoup aux artistes flamands fréquentant la cour de Bourgogne. C'est un ensemble unique d'architecture civile médiévale, respecté et entretenu avec soin au cours du temps.

L'ancien hôtel des Ducs de Bourgogne (XIVe - XVIe siècles), voisin de la collégiale, abrite le musée du Vin de Bourgogne. Conçu dès 1946 comme un précurseur des économusées, il raconte l'histoire de la vigne et du vin de l'Antiquité à nos jours, la vie traditionnelle des vignerons bourguignons ainsi que les arts et la symbolique liés au vin. L'ancienne cuverie, qui abrite une série remarquable de pressoirs de différents types, rappelle le rôle que jouait ce lieu comme centre d'exploitation des vignes ducales à la fin du Moyen-Age.
Autour de ces monuments célèbres, s'étend le lacis des ruelles du vieux Beaune, qui mérite que l'on s'y attarde, qu'on y musarde... et qui réserve d'autres découvertes.

Prise dans la ceinture des remparts, la masse imposante de la Porte Marie de Bourgogne abrite depuis 2002 le Musée des Beaux-Arts dont les collections (sculptures, peintures et dessins) s'échelonnent du XVIe au XXe siècle ainsi que l'Office de Tourisme de Beaune. La peinture flamande et hollandaise du XVIe et XVIIe siècle ainsi qu'une belle collection de peintures de Félix Ziem (1821-1911), précurseur des impressionnistes né à Beaune, fasciné par Venise et sa lumière, en sont les points forts. La Porte Marie de Bourgogne accueille également des expositions temporaires d'envergure internationale.

A côté de l'Hôtel de Ville, installé dans l'ancien couvent des Ursulines (XVIIe s.), on trouve le musée Marey, dédié à Etienne-Jules Marey, l'inventeur de la Chronophotographie, précurseur du cinéma, ainsi que, un peu plus loin, l'hospice de la Charité (XVIIe - XVIIIe siècles).

Mais une visite de Beaune ne saurait être complète sans une découverte de ses caves, souvent impressionnantes, car les maisons de vins de la ville ont su racheter nombre d'anciens couvents et étendre, sous la vieille ville, tout un dédale de galeries abritant des millions et des millions de trésors liquides...

liens vers Hôtel Beaune.